Traverser les frontières : le mythe des Arabes nomades chez les voyageurs


Informations

Auteur(s)
 :  Sarga Moussa Directeur de recherche au CNRS et membre de l’UMR THALIM, dans l’équipe « Écritures de la modernité » (université Paris 3)
Thème  :  Saison 8 : Par-delà les frontières
Agora des Savoirs  :  Saison 8 : Par-delà les frontières RSS
Lieu  :  Centre Rabelais, Montpellier
Date  :  25 janvier 2017
Langue  :  Français  
Télécharger  :  Format SD - Format HD
Licence  :  Licence Creative Commons

En résumé

On s’attachera à montrer d’abord la naissance d’un mythe, vers le milieu du XVIIIe siècle, celui des Arabes nomades comme peuple idéal, tel que les représentèrent nombre de voyageurs européens en Orient et en Arabie. Alors que depuis le Moyen Âge, les habitants du désert constituent une figure du Mal, on assiste à un renversement d’image au cours des Lumières, les Bédouins apparaissant comme un modèle d’hospitalité, de simplicité de vie, mais aussi, à l’époque de la Révolution, comme des êtres libres et égaux, enfin, à la période romantique, comme des poètes nés et des amants passionnés.

Il s’agit là d’un véritable mythe qui repose sur la construction de différentes frontières symboliques. Ces frontières (idéologiques, religieuses, esthétiques, etc) permettent de représenter le Bédouin comme une figure qui fait retour, de manière critique, sur la société d’origine des voyageurs. Ceux-ci ne se contentent pas de rêver un ailleurs idéalisé pour l’opposer, dans le sillage de Rousseau, aux maux de l’Europe dite civilisée : de Volney à Lamartine, ils franchissent parfois le « cercle » des Bédouins pour se joindre à eux, observant de près leur mode de vie, rêvant de s’établir parmi eux.

À l’heure où les fossés se creusent, il n’est pas inutile de rappeler qu’il fut un temps où les frontières entre Orient et Occident étaient régulièrement traversées pour donner à voir un monde en perpétuelle réinvention.

Dernières publications : Poésie et orientalisme, (Classiques Garnier, avec Michel Murat, 2015), Le Mythe bédouin chez les voyageurs aux XVIIIe et XIXe siècles, Paris, PUPS, « Imago Mundi »


© 2006 - 2017 MSHSUD.TV