Séquence conflit-post-conflit, décolonisation négociée et émergence politique tardive de la question minière en Nouvelle-Calédonie


Informations

Auteur(s)
 :  Pierre-Yves Le meur IRD, Anthropologie
Jean-Michel Sourisseau CIRAD, UMR ART-DEV
Activité  :  Politiques des ressources en sortie de conflit
Programme  :  POST : Penser les sorties de guerre au prisme des politiques des ressources et des crises naturelles RSS
Lieu  :  MSH Sud, site Saint-Charles 2, Montpellier
Date  :  24 novembre 2017
Langue  :  Français  
Télécharger  :  Format HD
Licence  :  Licence Creative Commons

En résumé

L’histoire longue de la Nouvelle-Calédonie est celle d’une colonisation peuplement, d’une ségrégation raciale et spatiale et d’une place structurante du secteur minier dans l’économie politique du pays. Son histoire récente est marquée par une montée de la revendication indépendantiste, une période violente (à la fois guerre civile et lutte de décolonisation) connue sous le nom euphémisé d’« Evénements » et une séquence post-conflit marqué par les deux accords politiques de Matignon-Oudinot (1988) et Nouméa (1998). Paradoxalement, la question minière ne va émerger comme enjeu politique de négociation entre indépendantistes, loyalistes et Etat que dans les années 1990, débouchant en particulier sur l’accord de Bercy, centrée sur la mine et qui constitue un préalable voulu par les indépendantistes à l’accord de « décolonisation négociée » de Nouméa. Parallèlement à ces débats à l’échelon du territoire, des conflits plus localisés donnent lieu à des arrangements et des accords écrits signés entre populations locales/autochtones et compagnies minières, parfois avec les pouvoirs publics, relevant de la catégorie globale des « Impact and Benefit Agreement » (IBA). L’ensemble de ses dispositifs multi-localisés et multi-niveaux peut être interprété dans une perspective post-conflit(s) et l’analyse proposée mettra l’accent sur deux aspects clés : (1) les articulations ou désarticulations entre dispositifs (séquences conflits/négociations/accords) et leurs effets sur la production des politiques publiques et (2) les modalités de construction de la ressource minière (comme levier économique d’émancipation politique, comme patrimoine, comme enjeu de souveraineté autochtone, etc.) via différents récits, argumentaires et discours de justification.


© 2006 - 2018 MSHSUD.TV