Table ronde "Neurosciences de la mémoire"


Informations

Auteur(s)
 :  Robert Jaffard Neurobiologiste, Professeur Émérite à l’Université de Bordeaux
Michel Vignes Neurobiologiste, Professeur à l’Université de Montpellier
Francis Eustache Neuropsychologue, directeur de l’équipe Inserm Neuropsychologie cognitive et neuroanatomie fonctionnelle de la mémoire humaine à l’université de Caen
Activité  :  le 21 septembre 2018 à la salle Pétrarque de Montpellier
Événement  :  La semaine de la mémoire RSS
Lieu  :  Salle Pétrarque, Montpellier, France
Date  :  21 septembre 2018
Langue  :  Français  
Télécharger  :  Format HD
Licence  :  Licence Creative Commons

En résumé

La mémoire est un processus essentiel de la vie. Robert Jaffard nous expliquera comment une information doit passer par plusieurs stades pour être conservée et utilisée : processus d’encodage, phase de consolidation-reconsolidation, restitution. Les mémoires reposent sur des engrammes que les neurobiologistes sont aujourd’hui capables d’identifier et de manipuler afin de bloquer, activer ou modifier certaines mémoires et même d’implanter artificiellement de faux souvenirs dans le cerveau de leurs animaux. Notre mémoire n’est pas une copie fidèle de la réalité et notre cerveau peut aussi, naturellement cette fois, produire des souvenirs erronés que nous tenons pour vrais. Ces faux souvenirs sont la conséquence du caractère adaptatif sophistiqué de notre mémoire qui sélectionne, organise et met à jour les informations enregistrées et optimise nos prises de décision.

Francis Eustache nous présentera les différents types de mémoire qui vont interagir pour construire notre propre mémoire personnelle appelée épisodique. Les informations mémorisées nous servent aussi pour voyager dans le temps. Ces informations que nous pensons passées, nous sont très utiles dans le présent et nous servent à construire le futur. Elles nous aident à anticiper et à nous adapter aux situations sans cesse changeantes de notre environnement. De plus, notre mémoire se construit en interaction avec les autres. Notre mémoire individuelle est aussi une mémoire collective qui s’inscrit dans un récit familial, culturel et sociétal.

Pour comprendre comment les souvenirs se construisent dans notre cerveau, il faut des modèles animaux pour disséquer les mécanismes moléculaires et cellulaires. Michel Vignes nous expliquera les modèles de potentialisation à long terme, les processus de plasticité synaptique et leur régulation. Ces mécanismes fondamentaux sont très bien conservés au cours de l’évolution car la mémoire est une fonction fondamentale. Certains facteurs favorisent alors que d’autres inhibent la plasticité synaptique. Ainsi, l’augmentation de la capacité des apprentissages a permis le développement des fonctions cognitives et tout particulièrement l’essor du langage chez les humains.


© 2006 - 2018 MSHSUD.TV